vendredi, mars 30, 2007

La sainte trinité en islam, émeutes, intimidations, charia pour tous.

Pour une fois, je ne vais pas « trop » parler d’islam, ou presque pas… En fait, je voulais vous faire part de « petit jihad » auquel nous assistons tous les jours, à petites doses, les violences quotidiennes.
Certains diront « PAS D’AMALGAME S’IL VOUS PLAIT », ce à quoi je réponds par avance, que même s’il n’y a pas corrélation entre violence et islam, il y a tout au moins une certaine concordance entre les deux.

Vous aurez bien entendu eu connaissance du dernier fait divers médiatisé de la gare du nord, tout comme les émeutes du ramadan en novembre 2005 et les « manifestations » enflammées des 31 décembre, des événements de Perpignan en 2005 également, comme des autres « flambées » (au propre comme au figuré) de violence de ces 2 dernières décennies, il existe au moins un point de convergence entre tous ces éléments.

Toutes les flambées de violence sont la conséquence de la mort, ou de l’arrestation, ou quelque autre raison que ce soit d’un « jeune » discriminé comme on dit, et les acteurs de ces violences sont dans leur immense majorité, issus de l’immigration, comme on dit, dont la plupart sont musulmans, qu’on le veuille ou non, c’est bien une réalité.

Cette réalité n’a de cesse d’être niée par pratiquement tous les acteurs politiques, de droite comme de gauche bien sur, même le pen ne semble voir dans les émeutes de 2005 qu’une revendication « sociale », en complète contradiction avec les « allah ouakbar » et les incessantes références à l’intifada et à Jérusalem que proféraient les sympathiques résistants à l’ordre républicain.

Ce n’est pas un hasard que l’on retrouve sans cesse les mêmes acteurs, qui agissent pour les mêmes raisons dans tous ces épiphénomènes.

En effet, l’islam revendique ses propres lois, ses propres codes dès lors que le nombre ou l’apathie des mécréants lui permettent de revendiquer des privilèges, voire, un impôt spécial qui ferait de nous tous des « dhimmis », protégés.

Comme vous l’aurez remarqué, c’est à chaque fois qu’un membre de la communauté (élargie comme dans le cas des dernières violences) est sommé de se soumettre aux « obligations » d’une société qu’ils récusent, que commencent les violences.

Les deux jeunes cons qui se font grillés, un tel qui meurt alors qu’il est poursuivi, conduisant une moto ou une voiture volée, par des policiers, un tel qui reçoit une balle tirée par des policiers alors qu’il fonce sur un barrage, un tel qui meurt, battu par des gitans, donc mécréants pour une sombre histoire de malfrats, et c’est immédiatement toute une communauté qui s’enflamme, ou plutôt qui enflamme les autres, une jeune fille qui refuse, et c’est la cave, le tabassage, l’acide ou l’essence, un juif supposé riche, et hop, enlèvement, torture et mort, mais bien entendu, aucun lien avec l’islam, dédouané par anticipation de toute culpabilité puisque religion de paix d’amour et de tolérance.

Alors pour les derniers événements de la gare du nord, il suffisait de voir les images des « jeunes » pour comprendre qu’il s’agissait bien du même problème.

Reprenons les faits, un jeune (33 ans quand même), congolais (au moins d’origine), ayant déjà 22 condamnations pour des faits de violences et de vols (ce qui veut dire en langage clair qu’il a du commettre plus de 100 délits, car la plupart des auteurs de délits ne sont jamais retrouvés, ce qui vous laisse imaginer combien de méfaits il aura commis), ce « brave » jeune homme donc, tente de resquiller, ce qui n’est pas un bien grand délit me direz vous, mais manque de chance, des contrôleurs de la RATP sont là, l’arrêtent et le conduisent dans un local, j’imagine que le brave jeune homme n’a pas du s’en laisser compter et il gratifie un des contrôleurs d’un coup de boule zidanesque.

Les contrôleurs, devant la résistance et la violence de l’individu appellent la police, mais entre temps, les « jeunes » qui assistent à l’interpellation prennent bien évidemment le parti de leur « frère », menacent les contrôleurs, diffusent une fausse nouvelle selon laquelle un jeune de 14 ans a eu la main cassée lors d’une interpellation… ça y est, le mélange est prêt, tout le monde est en place, et les exactions peuvent commencer.

Les policiers qui ont des consignes de ne pas faire de vagues, élections et défense du bilan sarkozyesque obligent, ne peuvent pas faire grand chose, alors qu’une bonne charge, quelques blessés et pas mal d’arrestations, voir quelques grosses bavures seraient d’excellents remèdes, ça, c’est mon avis, car à force de trop de concessions, les « jeunes » ne posent plus de limites à leur « fougue ».

Ce type d’événement est assez habituel, mais il est vrai que l’on en entend pas beaucoup parler, de nombreux affrontements ont lieu, de façon quasi quotidienne, dans divers points de l’hexagone, pour des raisons similaires, mais il faut aller les chercher dans les journaux régionaux, car les médias nationaux se font tirer l’oreille pour en parler, sauf lorsque c’est trop évident ou important, d’ailleurs, les journalistes, et sociologues disaient déjà cela en 2002, ne pas trop parler de l’insécurité car ce n’est pas bon et le « jeune" sont amenés à faire de la surenchère, c’est également ce qu’un sociologue comme muschielli disait sur le plateau de arrêt sur image et sur d’autres (comme invité permanent) lors des émeutes du ramadan, pour ce sociologue, qui prétend que pas d’insécurité mais seulement un sentiment d’insécurité (je résume), qui confond la violence des blousons noirs dans les années 60-70 avec ce à quoi nous assistons aujourd’hui, il ne faut pas parler de ces « faits divers », car cela ferait le jeu des « sécuritaires »…

Autrement dit, mentir sur la réalité car elle serait par trop « choquante" pour nos pauvres petites têtes… pour ma part, je pense que c’est plutôt le contraire qui se produit, les gens vivent tout autre chose que ce qu’on leur raconte, ce qui ne fait que discréditer un peu plus nos « informateurs », « politiques » et autres «maitres du prêt à penser ».

Je trouve hallucinant les commentaires qui ont été faits par les candidats de gauche, de Bové à Besancenot en passant par segogol.

En substance, pour eux, la faute en incombe soit aux provocations policières, soit au ministre de l’intérieur, en vrac, discrimination et les excuses habituelles.

Mais en plus de ce fatras de stupidités, nos gens « de gauche » proposent un remède, infaillible :

LA GRATUITÉ DES TRANSPORTS

En voilà une bonne idée. Les transports gratuits !!!!

Mais pour qui ?

Pour tous ?

ou alors seulement pour les jeunes délinquants, avec un portillon spécial ?

Ceci dit, il faudrait alors leur laisser un tourniquet, sinon, ce n’est pas drôle, nos « jeunes » n’auraient pas l’impression de « niquer le système », et les autres, et bien ils n’ont qu’à payer, ou alors mieux encore, on ne paye plus rien, c’est une bonne idée ça, je veux quelque chose, je le prends, cela ne coûte rien d’essayer, c’est un beau modèle de société ça…

En fait, c’est un peu ce que nos « jeunes » appliquent, ils organisent des razzias et se servent.

Besancenot, en bon couillon de la propagande prétend, sur télé matin que les transports en banlieue rapportent 2 milliards, que 2 milliards c’est le cout de 2 sous marins nucléaires, et qu’à tout prendre, mieux vaut laisser la gratuité que de construire 2 sous marins nucléaires…

CQFD,

de cette façon, il passe pour un gentil qui s’occupe des démunis, pour un anti militariste et pour un écologiste, d’une pierre 3 coups, tous les raisonnements sont permis dans ce monde imaginaire.

Décidemment, les cocos sont incorrogibles...


Pour autant, nos gens « de gauche » seraient bien ingénus de croire que nos « jeunes » payent leur billet, ils resquillent tous, il est complètement absurde de penser qu’ils payent leur billet, non seulement ils ne les payent pas, mais en plus, ils agressent et dégradent, rien que du bon pour l’ensemble de la société, et quand bien même ils seraient « arrêtés », ils en rigolent d’avance, ils seront relachés, les pauvres petits discriminés trouveront toujours de bonnes âmes pour « excuser » leur geste, voire, la larme à l’œil des révolutionnaires de pacotille, se reconnaître en eux ou reconnaître la lutte des classes dans leurs exactions.

Alors oui, ces faits minent peu à peu l’édifice déjà bien fragile de nos sociétés, et contrairement aux générations précédentes, il s’agit d’une guerre de basse intensité, pas les inévitables frictions dues aux « problèmes sociaux ».

Et j’en viens enfin à la liaison entre ces manifestations « sociales » et le jihad contre l’occident.

C’est déjà boumédienne, qui dans les années 70 parlait de conquérir l’occident par les ventres (de leurs femmes), et il ne s’était pas trompé, notre aveuglement et notre ingénuité nous ont mis à la merci de ceux qui ne nous veulent pas du bien.

Déjà vu, mais à bien regarder et écouter surtout pour bien comprendre :

Khadafi et la lutte musulmane

Et oui, ces propos sont bien dans la droite ligne du jihad, grace au nombre, avancer des revendications, et c’est le processus qui est en marche, nous pouvons le constater tous les jours, et en plus, « ils" le disent, et nous faisons ceux qui n'enetndent pas...

Alors oui, le refus de « l’ordre » dans nos démocraties est un stigmate de cette lutte, les musulmans, même ici, veulent imposer leur mode de vie, et dans un premier temps, perturbent les institutions, avec l’aide, scandaleuse des médias et des « gens de gauche » (et pas seulement d’ailleurs), qui ne veulent voir dans ces « troubles· que l’annonce du messie révolutionnaire qui mettra par terre notre confortable système.

Mais là où ils se trompent lourdement, c’est que leurs alliés du moment les élimineront dès qu’ils seront assez forts, comme cela s’est passé en iran d’ailleurs, où les cocos aidèrent à la chute du shah et se firent plombés ensuite par la révolution islamique, dans tous les sens du terme également.

Des zones de non droit existent, en fait de zones de non droit, il s’agit en fait de zones tenues en grande partie par les islamistes, là où le droit « républicain » n’a plus vraiment droit de « citée », territoires lachement abandonnés au fil du temps, délégant la paix civile aux « grands frères » et/ou imams qui « apaisent » nos « français » avec leurs prêchent quand il s’agit de faire souffler le vent de leurs revendications.

Ces démissions ont eu des effets catastrophiques sur l’ensemble de la société et il est maintenant souvent impossible d’intervenir ou d’arrêter un adepte de la religion du prophète pédophile sans provoquer des incidents de toutes natures, quand bien même ces malfaiteurs n’auraient d’ailleurs qu’un lien éloigné avec la religion, leur seule appartenance à l’islam et l’idée qu’ils puissent être « jugés » selon des normes non-islamiques provoque des réactions violentes.

C’est maintenant un fait bien établi mais on continue de triturer les mots, zones de non droit, territoires perdus etc… pour éviter de nommer ces zones déjà presque soumises à la loi coranique, toutes antennes satellite dressées vers le sud est, écoutant la bonne parole prêchée par les « savants » de l’islam, vomissant leur haine de l’occident et incitant au djihad, petit ou grand, c’est comme vous voulez, mais déstabilisant nos sociétés, véritables outils de désintégration (oui, le contraire de l'intégration que l'on voulait pour nos immigrés), ceux qui reçoivent ces divins messages cultivent la haine et le repli sur de « prétendues » origines, rejetant la faute de leur mal être sur leurs hôtes, à qui ils prélèvent déjà l’impôt « islamique » par le biais des allocations, aides et financements de toutes sortes que nous ne manquons pas de leur verser.

Alors oui, nous sommes dans cette phase de conquête, le nombre étant maintenant suffisant (et en constante augmentation) pour permettre de passer à la deuxième phase, celle des revendications, bien appuyée par l’agitation (c’est un euphémisme) que nos chères têtes crépues, comprenons bien que si nous voulons la paix, il faudra payer un tribut aux musulmans, d’où de grandes campagnes de culpabilisation afin de faire passer la pilule, tout ceci correspond aux procédés maintes fois éprouvé dans la conquête de l’islam, souvent bien plus violente d’ailleurs, enlèvement, rançons, peurs, razzias, violences épisodiques, recul des autochtones, c’est un véritable travail de sape que nous laissons faire, croyant que nous seront épargnés par la conquête, alors que l’objectif est de nous soumettre, nous tous…

Alors si vous vous en voulez, moi, non, je dis et je répète que l’islam, comme religion, doit être combattue, je ne parle pas d’islam radical ou fondamentaliste, mais bien de l’islam, le seul et l’unique, sunnite ou chiite.

Modéré et islam mis ensembles ne veulent rien dire, attention, je ne parle pas des personnes, mais de l’idéologie, les personnes modérées, une fois sous la cloche islamique charia et le reste n’ont plus voix au chapitre, ils subissent le système, même si au départ ils pouvaient penser qu’il s’agissait du modèle qu’ils voulaient, ils sont prisonniers comme les autres, et tués ou chassés dès qu’ils « dévient », tout comme les communistes convaincus étaient poursuivis par le régime, sans comprendre pourquoi car pour eux, l’essence du communisme était « bonne », mais ils furent broyés par le système « bienfaiteur », car c’est le communisme lui même qui porte les germes de la dictature, comme le coran porte en lui la violence et les pires bassesses dont l’homme est capable.

Il suffit pour cela de lire le coran, la vie du prophète qui sert de modèle, l’islam s’est répandu par le meurtre, la trahison, la violence, attisant la soif de conquête et de richesses des bédouins qui ne connaissent que ce mode de fonctionnement, fonctionnement qui perdure encore, bien loin des belles images d’épinal que l’on nous propose, d’ailleurs, régulièrement, les enlèvements viennent émailler notre actualité, contre de l’argent, des faveurs variées ou diverses…

Lisez les événements au travers du filtre coran, vous comprendrez mieux quels sont les enjeux auxquels nous devons faire face, c’est pour cela qu’il ne faut pas perdre de terrain.


Bon j’arrête là mon réquisitoire pour aujourd’hui, mais comme disait l’autre, « je reviendrai »….

1 commentaire:

clovis a dit…

Tu as un vrai talent pour l'ecriture.