jeudi, avril 19, 2007

Islam et esclavage ou le prophète qui pu qui pète

Au gré de mes pérégrinations sur de nombreux forums, c’est assez souvent que je lis des commentaires sur l’esclavage, la traite négrière, les horreurs de l’esclavage, les abominations de toute sortes, pourtant, très rarement, on sort des sentiers battus (par qui ?), qui désignent un seul esclavage, celui des noirs d’afrique, dont les responsables seraient exclusivement les blancs occidentaux.

Alors il ne s’agit pas de minimiser ce commerce des êtres humains, dont je ne me sens absolument pas responsable d’ailleurs, et tant pis pour la repentance, mais je voudrais ouvrir dans la mesure du possible les oeillères que certains semblent vouloir garder à ce sujet.

Tout d’abord, l’esclavage est de tous temps et de toutes les latitudes, qu’on le veuille ou non, ce n’est pas une exclusivité occidentale comme certains tentent de nous le faire croire, ou d’un côté nous aurions de méchant blancs, chrétiens, qui auraient mis en esclavage de gentils noirs.

Autant que l’on puisse remonter dans l’histoire, il est question d’esclaves, à chaque époque et selon les lieux avec des statuts et une ampleur différente, en fonction des rapports de force.

Toute civilisation conquérante ou pas, avait ses esclaves, la plupart du temps, l’ethnie voisine, gens de la même race, de la même religion, simplement vaincus, prisonniers, remisés à un statut inférieur mais dont on exploitait la force de travail ou qu'on utilisait comme chair à canon.

Les processus d’émancipation de ces mêmes esclaves étaient aussi variés et divers que les sociétés qui en (ab)usaient.

Les gaulois se vendaient entre tribus au gré des combats pour quelques jarres de vins, le grecs, les romains, les égyptiens… tout le monde s’y est mis, c’est encore un fois une copie de la nature, les inoffensives coccinelles élèvent des colonies de pucerons pour en profiter ensuite (je sais que l’image n’est pas jolie, mais c’est fait pour éviter de simplifier en attribuant à l’homme ou à la société l’horreur d’une telle conception).

Donc, partons de cette réalité, l’esclavage a toujours existé, il fait parti des modes d’exploitation que les hommes ont mis en place et ont développé au fil du temps.

Alors pourquoi ne parler que de la traite des noirs effectuée par les européens ?

Ce ne serait pas trop grave en soit, puisque c’est certainement la plus documentée et la plus industrialisée, c’est donc le meilleur point d’étude d’un point de vue historique.

Mais voilà, ce point de vue historique a été complètement absorbé, déformé et manipulé à des fins idéologiques cherchant à culpabiliser, diaboliser même une culture (la notre), et dédouaner tout autre culpabilité.

Ainsi les Taubira, Vergès et autres idiot(e)s, docteurs es-esclavagisme auto-proclamés, n’ont qu’un seul et unique objet d’étude, la traite négrière, et encore, pas sous tous ses aspects.

En effet, ces gentilles petites dames refusent de penser que les noirs eux même participèrent à la traite de leurs congénères, comme si les noirs n’étaient pas humains dans le sens où ils n’auraient jamais pu faire de mal à leurs semblables, un peu curieux non ?

Et les historiens, les vrais, remettent les choses à leur place, oui effectivement, des peuples noirs, au gré de leurs combats, des victoires ou défaites, se servaient dans les populations vaincues, pourtant de la même couleur, ou les vendaient aux occidentaux ou aux arabes, rien de bien méchant à reconnaître que ceci fut une réalité, et comment en aurait il été autrement d’ailleurs, l’humanité est ainsi faite…

Mais ce qui est encore plus anormal, c’est que tout un volet de l’esclavagisme n’est pratiquement jamais abordé, alors qu’il fut certainement le plus important en nombre comme dans la durée, c’est à dire l’esclavagisme comme mode de fonctionnement dans la conquête islamique, là encore, par proximité et faiblesse civilisationnelle, l’afrique fut le principal pourvoyeur, mais pas seulement.

C’est donc comme vous pouvez vous en douter l’esclavage en islam qui m’intéresse plus particulièrement, le reste étant déjà abondamment traité, même si la plupart des sites sur lesquels j’ai pu aller restent focalisés sur l’etnomasochisme ou sur la haine de l’occident et de ses représentations.

Alors pour ne pas tergiverser davantage, j’ai souhaité savoir comment l’islam voyait cette période de son histoire, comment l’islam traitait le fait esclavagiste, comment l’islam se repentait, analysait, raisonnait… peine perdue, rien, pas de mea culpa à l’occidentale, plutôt le contraire même, une justification de l’esclavage, qui en islam, aurait été une bénédiction pour les esclaves…

véridique !!!

J’espère que vous avez lu ce torchon, proposé par Muhammad Qutb, sur le site islamophile…

A lire absolument pour comprendre

C’est le point de départ de mes commentaires, comme d’habitude, je n’ai pas réussi à faire court, alors je vous le propose en 2 parties (au moins) tellement cet écrit m’a conforté dans mon aversion envers les idées et l’idéologie véhiculées par l’islam.

Il est vrai qu’il n’est pas facile de nier les évidences et de se positionner comme « l’alternative » au modèle occidental, en ratissant large et en fondant son fond de commerce sur les bienfaits qu’auraient prodigué au monde entier l’islam, pour faire contre poids aux « méfaits » dus aux occidentaux, et recueillir les « votes » de tous les « oppressés », imaginaires ou pas, donc les noirs bien entendu auprès desquels on cultive la haine de l’occident en imaginant une histoire de l’esclavage qui n’a pas grand chose à voire avec la réalité (il me semble que l’islam tient exactement le même discours sur la condition féminine d’ailleurs, genre l’islam les délivre de l’oppression etc…)

Alors il faut avoir le cœur bien accroché pour avaler toutes les sornettes que nous débite ce « savant », et après maintes circonvolutions, non seulement l’islam sera présenté comme une chance pour les esclaves, de tous temps, mais pour couronner le tout, le coran et l’islam étant parfait, l’islam sera présenté comme « LA » référence en matière d’anti-esclavagisme, otant toute reconnaissance de la lutte anti-esclavagisme à l'occident, qui finalement, non seulement aurait été incapable de conceptualiser cette lutte, et quand bien même, apparemment l’occident l’aurait fait, il ne l’aurait fait que sous la contrainte de données économiques, en dehors de toute réflexion philosophique religieuse ou éthique…
Cette déformation islamocentriste est propre de tous les discours que j’ai entendu ou lu de ci de là, faites en l’expérience.

Pour le moment, voici la première partie de mon exposé, mais avant tout, prenez votre temps, et consultez au moins ces deux sites (si vous en avez d’autres, je suis preneur également), ils vous permettront de mieux comprendre la démarche que je suis

Relecture_ 1

Relecture_2


Allez on y va, courage...



« Cette question controversée est sans doute la plus vicieuse sur laquelle jouent les communistes pour ébranler les croyances musulmanes chez les jeunes. »

Vous voyez bien les cocos, faites bien attention, ce ne sont pas vos amis, méfiez vous, on vous le dit, on vous le répète…


« La jeunesse musulmane est elle-même habitée par des doutes. Comment l’Islam a-t-il permis l’esclavage ? Comment cette religion, indubitablement révélée par Dieu, indubitablement vraie, indubitablement apparue pour le bonheur de l’humanité entière, toutes générations confondues, a-t-elle permis l’esclavage ? «

Oui, indubitablement, on aimerait comprendre…


« Comment cette religion, fondée sur l’égalité parfaite, renvoyant l’intégralité du genre humain à une seule et même origine, et traitant tous les hommes sur un même pied d’égalité, en vertu de leur origine commune, a-t-elle intégré l’esclavage dans son système et légiféré à son sujet ? »

Ben oui, c’est bien vrai ça, comment, décidemment, le préambule est bien long, ça sent l’embrouille…

« Dieu veut-Il que les hommes se subdivisent pour l’éternité en deux catégories : les maîtres et les esclaves ? Est-ce là Sa Volonté sur terre ? Dieu accepte-t-Il que le genre humain qu’Il a honoré en déclarant « Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam » [1] devienne en partie une marchandise que l’on vend et que l’on achète, à l’instar des esclaves ? Et si Dieu n’accepte pas cela, pourquoi Son Noble Livre ne mentionne-t-il pas alors clairement l’abolition de l’esclavage, comme il a mentionné la prohibition du vin, des jeux de hasard, de l’usure et des autres péchés défendus par l’Islam ? »

Très très long préambule, on voit que l’auteur prépare le terrain, tout d’abord en magnifiant l’islam…

« La jeunesse croyante sait pertinemment que l’Islam est la religion de vérité, »

Ça c’est d’une évidence….Vous devez d'abord poser ce postulat, comme cela, vous ête prêt à avaler n'importe quelle connerie.

« La jeunesse dont la colonisation a corrompu l’esprit et les croyances, quant à elle, ne prend pas le temps d’examiner la réalité des choses. Dominée par ses passions, elle décide sans la moindre analyse critique que l’Islam est un système périmé ayant épuisé toutes ses ressources. »

Vous noterez que c’est la colonisation qui a corrompu la jeunesse, donc, les idées importées par l’occident (cependant, on vous dit que l’islam a toute sa place en occident), la colonisation donc, comme modèle à détester, ce qui peut faire la jonction avec la gauche pour ceux qui n’ont pas compris, et on souligne bien que c’est la jeunesse qui se pose ces questions, jeunesse passionné, mais peu réfléchie (là, il n’a pas tort ceci dit) et donc peu susceptible de comprendre la complexité du message divin… l’embrouille continue.

« Les communistes, pour leur part, se font les parangons de foutaises « scientifiques » qu’ils reçoivent de leurs maîtres, là-bas, et qui leur permettent de s’enfler d’orgueil, croyant avoir découvert la vérité immuable et éternelle, au-dessus de laquelle nul doute ne saurait planer [3] »

Et encore un coup dans la fourmilière coco, et notez bien le « là bas »… se faire les parangons de foutaises scientifiques, c'est l'hôpital qui se fout de la charité...


« C’est ce matérialisme dialectique, qui divise l’existence humaine en grandes étapes économiques auxquelles il serait impossible de se soustraire : ……….. de quoi, il n’existerait strictement aucun système capable de convenir à toutes les générations humaines »

Petit cours de marxisme appliqué, il est gentil l’imam…

………..

« À ce stade, nous aimerions replacer le problème dans sa réalité historique, sociologique et psychologique, loin de la poussière que veulent remuer les uns et les autres. Une fois que nous aurons abouti à une vérité objective, il n’y aura plus lieu de se soucier des prétentions déviantes ni des « savants » imposteurs ! »

Et voilà, les cocos, menteurs (bon là, il ne se trompe pas trop non plus), et hop, on jette l’anathème, le lecteur est prêt pour la démonstration « du savant »

« Nous regardons aujourd’hui l’esclavage depuis le prisme du XXe siècle. Nous le regardons à la lumière des atrocités commises dans le monde de l’esclavagisme et des traitements barbares et monstrueux que l’histoire nous a consignés sous l’Empire romain en particulier. «

Je ne sais pas pourquoi l’empire romain en particulier, mais bon, l’esclavage ayant été de tous les temps et de toutes les latitudes.
Ou alors, c’est peut être encore une fois pour porter l’attention sur l’occident, fautif de tout…


« Nous regardons alors l’esclavage avec épouvante, et nos sentiments ne parviennent à supporter l’idée que cette forme de traitement puisse être légitimée ou entérinée par une religion ou un système quelconque. Ces réactions de dégoût et de dénonciation s’emparent de nous et nous font nous demander : Comment l’Islam a-t-il permis l’esclavage, alors que toutes ses recommandations et toutes ses lois avaient pour but de libérer l’humanité de toute servitude, quelle qu’en soit la forme ? Dans la chaleur de notre réaction, nous souhaitons instamment que l’Islam ait reposé nos cœurs et nos esprits de cette tourmente, en interdisant explicitement et sans détour l’esclavage. »

Jolie diatribe contre l’esclavage, et juste interrogation… ça commence à être vraiment long cette histoire, et toujours pas le bout du tunnel.


« À ce niveau, une halte historique s’impose… »

Ah, il était temps…

« L’histoire de l’Islam n’a jamais connu les atrocités de l’esclavage romain dans le monde antique. »

Et bien non, puisqu’il est postérieur à l’empire romain… ça c’est une belle évidence.

« Un simple coup d’œil sur la situation des esclaves dans l’Empire romain suffit à mettre en exergue la gigantesque avancée opérée par l’Islam au bénéfice des esclaves, et ce, même si l’on suppose — à tort — qu’il n’a pas œuvré à leur libération ! »

Ah oui, donc c’est l’empire romain (lire l’occident), contre vérité totale puisque l’esclavage est de toutes les époques et de tous les lieux, chez les romains, on pouvait acheter sa liberté, comme chez les grecs d’ailleurs, le statut d’esclave a toujours été pénible, c’est le moins que l’on puisse dire, avec parfois des embellis ou des portes de sorties en fonction des époques et des tyrans en place.
Ceci dit, on apprend ENFIN, que l’islam a opéré une gigantesque avancée pour les esclaves… même si on ne le pense, et j’aime assez le « A TORT », qu’il n’aurait pas œuvré pour leur libération…

« Pour les Romains, les esclaves étaient des objets, non des humains, des objets qui n’avaient strictement aucun droit, mais qui croulaient sous le poids de leurs corvées. »

Faux, les esclaves étaient considérés, comme toujours, une marchandise a une valeur, on en prend soin, et parfois, les esclaves avaient des rôles importants et pouvaient même devenir libres.

« Mais avant tout, d’où provenaient ces esclaves ? Ils provenaient des guerres, non pas de guerres menées au nom d’une idée ou d’un principe, mais au nom de la volonté de soumettre et d’exploiter les autres peuples pour la gloire de Rome. «

C’est là où ils peuvent récupérer du coco, en parlant d’exploitation des masses « POPULAIIIIRRRREEES »… Quant aux autres systèmes d’esclavage, il fonctionnaient toujours plus ou moins sur le même modèle.

« Afin que le Romain puisse mener une vie de luxe et de faste, profitant de thermes frais ou chauds, se pavanant dans de riches habits, goûtant à des mets aussi délicats que variés, afin qu’il puisse s’immerger dans cette luxure obscène faite de vin, de femmes, de danses, de fêtes et de festivals, il fallait nécessairement que d’autres peuples soient asservis et que leur sang soit sucé »

Merveilleuse description du bourgeois corrompu, capitaliste etc…

« L’Égypte constitue à cet égard un exemple édifiant, du temps où elle était une province romaine et avant que l’Islam ne vienne la sauver du joug de la tyrannie : elle n’était en effet qu’un grenier à blé et une source de revenus pour l’Empire. »

L’islam délivrant du joug de la tyrannie, je n’avais pas fait le rapprochement, donc les arabes sont venus délivrer les egyptiens des romains, première nouvelle, à coup de razzias, de meurtres et de guerres, c’est beau une telle délivrance.

« C’est pour combler ces desseins pervers que l’impérialisme romain et l’esclavage qui en a découlé ont existé. Comme nous l’avons déjà évoqué, ………… dans la même cellule, tous enchaînés, sans le moindre espace d’intimité tel celui qu’on accorde aux vaches dans l’étable. »

Très longue description du quotidien des esclaves, vraiment sans intérêt, mais il a placé impérialisme, c’est déjà bien…

« Mais l’horreur suprême était quelque chose d’encore bien plus atroce, qui soulignait davantage la nature sauvage du Romain antique, et que l’Européen moderne a hérité de lui dans les moyens de colonisation et d’exploitation. »

Comme je vous le disais, faire l’analogie entre les romains, la colonisation européenne, exploitation etc… rien que du bon…


« Il s’agit des arènes de combat entre gladiateurs qui s’entretuaient au glaive et à la lance. Ces festivals figuraient parmi les préférés des Romains. Les maîtres, auxquels se joignait parfois l’Empereur, se rassemblaient pour regarder les esclaves qui s’entredéchiraient au glaive et à la lance dans des combats à mort. La joie des spectateurs atteignait alors son paroxysme, les gosiers hurlant des ovations, les mains applaudissant de manière nourrie, avec des rires de bonheur sincère et profond, dès lors que l’un des gladiateurs terrasse son compère, et le laisse gisant, sans vie ! »


Quelle horreur !!!!


pas possible, les jeux du cirque… mon dieu comme il est beaucoup plus beau d’égorger au nom d’allah tout puissant, pas vrai ?


Quel méli mélo se fait notre « savant » musulman, outre que l’empire romain avait disparu près de 2 siècles avant l’islam, il confond donc Rome et Byzance, il mélange gladiateurs et esclaves, alors que les premiers étaient souvent des hommes libres, adulé d’ailleurs… une chose n’ayant rien à voire avec l’autre… On se demande bien donce ce que cela vient faire ici, sinon détrourner l'attention du lecteur et ensuite pouvoir lui asséner les mensonges ...


Très long exposé sur l’horreur de l’esclavagisme, puis enfin…

« Puis l’Islam est venu… »

Alors là, attention aux yeux !!!!



« Il est venu rendre leur humanité à ces humains. Il est venu dire aux maîtres au sujet de leurs esclaves : « Vous êtes les uns des autres ». Il est venu déclarer : « Quiconque tuera son esclave, nous le tuerons. Quiconque rasera son esclave, nous le raserons. Quiconque émasculera son esclave, nous l’émasculerons » [4]. Il est venu décréter l’unicité de l’origine, de la nature et du devenir de l’humanité : « Vous êtes les enfants d’Adam, et Adam a été créé d’argile ». Il est venu établir qu’un maître n’a aucun mérite sur son esclave, parce que l’un est maître et l’autre esclave. Le seul critère de mérite est désormais la piété : « Un Arabe n’a strictement aucun mérite sur un non-Arabe, pas plus qu’un non-Arabe n’en a sur un Arabe, ni un Noir sur un Blanc, ni un Blanc sur un Noir, si ce n’est par la piété » [5]. »

Je ne sais pas si on doit s’arrêter sur ce discours, je n’ai vu nul part dans le coran de telles affirmations, mais bon… le coran nomme les esclaves et dit qu’ils peuvent être émancipés, rien de vraiment nouveau dans le statut des esclaves…

« L’Islam est venu ordonner aux maîtres de bien traiter leurs esclaves : « Soyez bons envers vos père et mère, vos proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession, car Dieu n’aime pas, en vérité, le présomptueux, l’arrogant. » [6] Il est venu établir que la relation entre les maîtres et les esclaves n’était pas une relation d’arrogance et d’asservissement, ni une relation d’exploitation et d’humiliation, mais une relation familiale et fraternelle. »

Et allez donc, l’esclave est de la famille maintenant, alors à quoi bon avoir des esclaves non ?

« Les maîtres sont désormais la famille de la servante, si bien que toute demande en mariage doit leur être adressée : « Vous pouvez épouser une femme parmi celles de vos esclaves croyantes. Dieu connaît mi
eux votre foi, car vous êtes les uns des autres. Et épousez-les avec l’autorisation de leur famille et faites-leur don d’une dot convenable » [7]. Les esclaves sont désormais les frères des maîtres : « Vos esclaves sont vos frères. Quiconque dispose de l’un de ses frères doit le nourrir de ce dont il se nourrit lui-même et le vêtir de ce dont il se vêt lui-même. Ne leur demandez pas ce qui dépasse leur capacité. Et si vous le faîtes, alors aidez-les » [8]. »

Ce qui veut dire en fait que les esclaves sont devenus d’honnêtes travailleurs, rémunérés par les gentils maîtres…

« Dans un souci supplémentaire de ménager les sentiments des esclaves, le noble Messager — paix et bénédictions sur lui — ajoute : « Que nul d’entre vous ne dise : Voici mon serviteur ou voici ma servante ! Mais qu’il dise : Mon garçon et ma fille ! » Fort de cette sentence, Abû Hurayrah interpela un homme qui était sur une monture tandis que son serviteur courait à pied derrière lui : « Fais-le monter derrière toi, car il est ton frère et son âme est comme la tienne ! » »

Très jolie histoire n’est ce pas… donc l’esclave, dans la fable musulmane serait meilleur que le mécréant… et le plus beau, c’est qu’il nous prend pour des cons.

« Ce n’était pas tout. Avant de passer à l’étape suivante, nous devons en effet consigner le gigantesque saut opéré par l’Islam envers les esclaves au cours de cette première étape. »

Ouf, on a eu peur…

« Les esclaves n’étaient plus des objets. Ils sont devenus des humains avec une âme identique à celle des maîtres. Les autres nations considéraient alors sans exception que les esclaves étaient une race différente de la race des maîtres et qu’ils avaient été créés pour être asservis et humiliés. En conséquence, ces maîtres n’éprouvaient pas le moindre scrupule à tuer les esclaves, à les torturer, à les brûler ou à les exploiter dans les sales besognes et les travaux forcés. Partant de ce constat, l’Islam a élevé les esclaves au statut de digne fraternité avec leurs maîtres, non pas dans un monde idéalisé et utopique, mais dans le monde réel. »

Chin pan poum…. Comme quoi, en islam, tout est beau… alors il faudra nous expliquer pourquoi les arabes (musulmans) ont installé des comptoirs en afrique, du nord et de l’est notamment (Zanzibar ça doit vous dire quelque chose non ?) et ont fait venir des millions d’esclaves pendant plus de mille ans, esclaves masculins qu’ils émasculaient, afin de ne pas mélanger « la race ». Il y a toujours loin de la coupe aux lèvres, l’esclavage n’ayant été aboli que très récemment en terre d’islam d’ailleurs, sans compter les millions d’européens emmenés en esclavages dans les contrées orientales, et les janissaires, enfants chrétiens enlevés en Europe pour faire de la chair à canon pour les armées musulmanes, effectivement, c’est un bon en avant formidable que fait l’islam pour les esclaves, castrés et utilisés comme bouillie humaine, merci mahomerde…

« L’histoire — que nul n’a pu renier, pas même les plus fanatiques auteurs européens — témoigne que le traitement des esclaves aux premiers temps de l’Islam a atteint un niveau d’humanité tel qu’il n’a jamais été atteint par ailleurs, au point que les esclaves affranchis refusaient de quitter leurs anciens maîtres «


Blablabla…

« — alors qu’ils en étaient parfaitement capables après s’être libérés financièrement et avoir pris l’habitude de se prendre en charge eux-mêmes — parce qu’ils les considéraient comme leur famille, auxquels ils étaient liés par des liens non moins forts que les liens du sang ! L’esclave était désormais un être humain à part entière dont la dignité était protégée par la loi, et à laquelle nul ne pouvait attenter ni par le verbe ni par l’action. «


Et reblabla pour bobos…

.

« Passons maintenant à l’étape suivante, celle de la libération effective… »

« L’étape précédente constituait en réalité une libération morale des esclaves : ….. jouir de tous les droits humains…..mais l’Islam ne s’arrêta pas là, car sa base fondamentale et suprême est l’égalité complète entre les hommes, ce qui signifie la libération complète de tous les hommes. Par conséquent, il œuvra de manière effective à la libération des esclaves, et ce, par deux grands moyens : le `itq ou affranchissement gratuit et la mukâtabah ou contrat d’affranchissement. »

Ouaouhhh, super… les esclaves sous contrat…

Suivent quelques histoires nulles à chier…


….
« L’histoire relate qu’un nombre incommensurable d’esclaves ont été libérés à travers cet affranchissement gratuit, et que ce nombre incommensurable ne trouve pas son pareil dans l’histoire des autres nations, ni avant l’Islam, ni plusieurs siècles après, jusqu’au début de l’ère moderne. »

Ben voyons, donc il y avait un nombre « incommensurable d’esclaves, c’est déjà ça… faute à demi avoué, au quart pardonnée… mais moi je me demande, pourquoi avoir pris des esclaves si c’est pour les libérer ensuite ou les traiter comme des membres de ta propre famille, c’est extraordinaire ça… je vais chercher des esclaves, je les déracine, je les oblige à travailler, mais en tout bien tout honneur, puisqu’ils sont finalement de « ma famille », alors je les libère… c’est totalement incohérent, ces gens là diraient n’importe quoi pour se justifier, mentir semble être leur raison d’être…

« Quant à la mukâtabah, elle consiste à accorder à l’esclave sa liberté lorsqu’il la demande de son propre chef, moyennant une somme d’argent convenue entre le maître et l’esclave. »

On se demande bien comment un esclave pouvait disposer de cet argent, mais bon, nous n’en somme pas à un mensonge près, il s’agit essentiellement de rançon, comme c’est encore le cas dans le monde musulman, nous en avons des exemples au quotidien, sans compter qu’en afrique, des ethnies musulmanes continuent de prendre d’autres ethnies noires, chrétiennes ou animistes comme esclaves, et ensuite, des ONG chrétiennes surtout, payent le prix de « l’affranchissement », c’est ça le deal…


« Dès le premier instant où l’esclave demande ce contrat d’affranchissement — que le maître ne peut refuser du moment que sa libération ne présente pas de danger pour la sécurité intérieure de l’État islamique —, tout le travail qu’il effectuera désormais pour son maître sera rémunéré. Ou alors, il aura la possibilité, s’il le souhaite, de travailler à l’extérieur pour réunir la somme convenue pour le rachat de sa liberté. »

Encore une belle perle, un esclave travaille en principe pour son maitre, donc disposera de peu de temps pour travailler à l’extérieur pour se « racheter », et qui voudrait défier son maître… et notez également qu’il ne doit pas représenter de menace pour « l’état islamique », alors vous pouvez imaginer, sachant qui décide de ce danger potentiel, dans quelles conditions cela peut se faire.


« Cette voie fut celle empruntée par l’Europe au XIVe siècle, soit sept siècles après que l’Islam l’eut initiée. »

Nous avions déjà vu comment les musulmans s’accaparent l’histoire, devancent les autres en tout, sont à l’origine de tous les bienfaits, falsifient allègrement l’histoire, les rois du mensonge à la Goebbels… comme ils n'ont rien fait, il s'inventent des vertus et les placent devant les autres, c'est un procédé très habituel dans le discours musulman (reprenant l'histoire d'abraham qui aurait dit je suis musulman, donc, le premier, le père des juifs et des chrétiens, et toc, la falsification est opérée, il l'a dit, donc, il l'est... et l'islam ramasse la mise)

« Néanmoins, une différence majeure distingue l’Islam : la prise en charge par l’État des esclaves demandant une procédure d’affranchissement, et ce, en sus des efforts gigantesques consentis par l’Islam pour affranchir les esclaves gratuitement, sur la base d’un volontariat individuel visant à se rapprocher de Dieu et à Le servir avec loyauté. »

Non seulement ils étaient en avance, mais l’islam faisait des efforts qualifiés de « gigantesques »…

« Il a été en avance d’au moins sept siècles sur tout le développement historique. »

Au moins oui… Il le répète, des fois que vous n'auriez pas bien compris...

« En plus de ce développement, il s’est distingué par d’autres éléments — comme les garanties assurées par l’État — auxquels le monde n’a commencé à s’intéresser qu’au début des temps modernes, ainsi que par des éléments que le monde ignore toujours, que ce soit au niveau du bon traitement des esclaves ou de l’affranchissement volontaire et gratuit, sans aucune contrainte d’ordre économique ou politique, à l’instar de celles qui ont obligé l’Occident à libérer les esclaves, comme nous l’expliquerons par la suite. »

Comme d’habitude, et vous noterez les contraintes économiques qui auraient obligé l’occident à libérer les esclaves… b
ien au contraire, en occident, c’est le fruit d’une réflexion, volontaire, complètement en dissonance avec les intérêts économiques…

« Ainsi tombent les foutaises prétendûment savantes des communistes, selon lesquelles l’Islam est un maillon parmi d’autres du développement économique……. que sa mémoire soit sanctifiée ! »


Long exposé sur le marxisme, sans aucun intérêt non plus…

« Se pose alors la question qui intrigue les esprits et les consci
ences : puisque l’Islam a commis autant d’avancées vers la libération des esclaves, et puisqu’il a précédé le monde entier en ce sens, de manière volontaire, sans qu’il y soit obligé ni contraint, alors pourquoi n’a-t-il pas fait le dernier pas décisif, en déclarant sans ambages et de la manière la plus explicite qui soit, l’abolition principielle de l’esclavage ? »

Grande question en effet… alors voici la réponse… extraordinaire….

La suite au prochaine épisode, si vous êtes déjà arrivé jusqu'ua bout de ça, vous avez du mérite, alors reposez vous et on recommence dans quelques jours, le temps pour vous de digérer...

2 commentaires:

clovis a dit…

LONG MAIS COMME TOUJOURS PERCUTANT

OGM_69 a dit…

onjour Clovis,

Oui, je sais, je promets de ne plus recommencer, je vais m'entrainer à faire court.

Tristes résultats éléctoraux ceci dit...