samedi, février 24, 2007

Rien ne vaut un bon exemple... Pour continuer dans notre DJADI, jetons un oeil sur ce que raconte ce site :

islam pour dummies

Comme vous l’avez compris, ce site tente de vous séduire en travestissant la réalité, comme cela est coutume dès que l’on se laisse endormir par quelques belles paroles, je vous laisse juge des énormités qui y sont proférées, mais je vais vous donner un petit exemple qui servira au démontage de toutes les évidences qui y sont énoncées.

Bien entendu en préambule, vous avez toujours le petit verset qui va servir d’axe à la démonstration (il est à noter que ce ne sont jamais les versets problématiques qui servent d’objet d’étude, cachés aux néophytes que nous sommes, mais forcément connus par eux, ces mêmes versets qui servent à ceux que l’on appelle « islamistes extrêmistes », ou terroristes, versets bien plus explicites que ceux qui servent d’excuses aux « modérés » comme on les appelle – reportez vous au précédent écrit).

Puis, après le préambule, nous avons la petite phrase du genre, « ils sont ignorants, nous allons les éclairer », variante de « ils sont malintentionnés et ne veulent pas comprendre », (plusieurs versets interprétatifs, 48 sourate IV, mais d’autres aussi) c’est bien évident… alors voilà :

« Le Jihâd est l’un des aspects les plus mal compris et les plus déformés de l’Islam. »

Vous voyez bien que forcément, c’est l’incompréhension, tout comme les juifs et chrétiens contemporains de mohamed ne « voulaient » pas se rendre à l’évidence, c’est pour cela qu’il a fallu les combattre, voir les tuer (187 sourate II)

« Il existe certains Musulmans qui exploitent ce concept et qui en font un mauvais usage afin de parvenir à leurs fins politiques. »

Du genre, ceux là non plus n’ont rien compris à l’islam, ce ne sont pas de bons musulmans… Vous connaissez la suite.

« Il y a beaucoup de non-Musulmans qui comprennent mal cette notion. «

Et bien oui, nous sommes des cons.

« D’autres non-Musulmans en donnent une interprétation déformée afin de discréditer l’Islam et les Musulmans. »

Nouvellement une référence aux « non modérés », ceux qui décident d’appliquer les préceptes du coran, dans toute ses extensions, prenant la vie de mahomerde comme référence, luttes, conquêtes, razzias, meurtres, etc… ceux là ne seraient pas de « bon musulmans » lors qu’ils se revendiquent musulmans authentiques, car en conformité avec la vie et l’œuvre du prophète, et l’histoire leur donne raison, amsi ça, faut pas le dire… un professeur d’histoire, Louis Chagnon en fit les frais, et Redekker est menacé de mot pour la même chose, pacifisme quant tu nous tiens… Il est à noter que ces enseignants furent lâchés par leur patrons, l’éducation nationale.

Puis le discours continue :

« Le mot « Jihâd » ne signifie pas « guerre sainte ». Il désigne la lutte et l’effort. Les mots utilisés pour la guerre dans le Coran sont « Harb » et « Qitâl ».

Petite explication sémantique qui ne coute rien (vous reporter à Anne Marie Delcambre), histoire de bien planter le décors et vous faire comprendre que le djihad n’est pas le djihad.

« Le Jihâd quant à lui désigne la lutte sérieuse et sincère aussi bien au niveau individuel qu’au niveau social. «

Qui dit lutte dit combat, et qui dit combat, dit quelque chose qui se rapproche, au moins de la guerre, non ?

Mais ça ne fait rien… Il ne s’agirait que d’un effort intérieur… Il va falloir l’expliquer à ceux qui se mettent une ceinture d’explosif, car eux doivent ne pas l’avoir compris, POUCE !!!!

Remarquez aussi comme insidieusement, on parle « déjà » de lutte sociale, histoire de ramener à soit tous les insatisfaits… Personnellement, je me demande bien ce que cela vient faire là, sauf tendre une perche aux « alter » et autres gauchisants pour s’en faire des alliés, et bon nombre sont séduits par ces discours « anti-système », sans voir la dangerosité de ceux avec qui ils s’allient, quand on dine avec le diable, il vaut mieux avoir une très longue cuillère.


« C’est la lutte pour accomplir le bien et éradiquer l’injustice, l’oppression et le mal dans son ensemble de la société. »

Encore une fois un appel du pied au cas où cela n’aurait pas été bien compris.

« Cette lutte doit être aussi bien spirituelle que sociale, économique et politique. »

Et allez hop, il ne leur manque plus que d’y ajouter écologique, et tout le monde sera concerné.

« Le Jihâd consiste à œuvrer de son mieux pour accomplir le bien. «

C’est tellement évident que je me demande comment on avait pas pu y penser avant.

« Le Jihâd consiste à protéger la foi de l’individu et ses droits. »

Le djihad comme protection des droits individuels, vous ne le saviez pas, l’islam l’a fait.


« Le Jihâd n’est pas toujours une guerre bien qu’il puisse parfois prendre cette forme. »

Tiens, en complète contradiction avec le début, où le djihad n’était rien d’autre qu’un effort, voilà maintenant qu’il « peut » être une guerre, on est pas à une contradiction prêt, c’est vrai que l’ilsam a réponse à tout.

« L’Islam est la religion de la paix »

Oui, nous le voyons tous les jours d’ailleurs. Et remarquez bien le côté castrateur de paix pour les autres religions, « L’Islam est la religion de la paix », c’est à dire que seulement l’islam , il eut été plus raisonnable de dire que l’islam est une religion de paix, mais dans son emballement, le « savant » exclu d’emblée les autres, puisqu’à la fin, il ne doit n’en rester qu’une, après le djihad, bien sur.

« mais cela ne signifie pas qu’il accepte l’oppression. »

Petit avertissement sans frais, le terme oppression désignant l’islam comme victime, donc, rend implicitement légitime les actes de défense. On se demande bien ce que les attentats du 11S étaient sensés venger, les bouddhas de bamyan, les attentats de Bali, les égorgements successifs, les kamikazes, les attentats au kenya, le darfour, bref, de quelle oppression étaient ils la réponse?????


« L’Islam enseigne que l’on doive faire tout notre possible afin d’éliminer les tensions et les conflits. «

Là encore, un discours passe partout, qui ne veut pas la paix, n’est ce pas ? Mais faire tout son possible, cela veut dire quoi, et quelles sont les limites du possible… l’islam repousserait il ses limites ?


« L’Islam promeut les moyens pacifiques pour mener au changement et à la réforme. »

Quels sont ces fameux moyens pacifique ? pas le moindre embryon de réponse, et quels changements, et quelle réforme ?

Pour amener à quoi, la charia ?

« En réalité, l’Islam insiste sur le fait que l’on doit s’efforcer d’éliminer le mal par des moyens pacifiques sans avoir recours à la force autant que faire se peut. »

J’aime beaucoup ce « autant que faire se peut », on en connaît pas les limites ni les outils.

« Au cours de l’histoire de l’Islam, depuis le Prophète — paix et bénédiction sur lui — jusqu’à aujourd’hui, les Musulmans ont, le plus souvent, résisté à l’oppression et ont lutté pour la liberté par des moyens pacifiques et non-violents. »

Jolis mensonges auxquels vous êtes maintenant habitués, la vie du prophète n’ayant été qu’une longue lutte, parsemée de crimes, de razzias, de conquêtes, de massacres… Ah oui, j’oubliais, ce n’était que des tentatives de conciliation, mais comme les « opposants » avaient le malheur de ne pas se rendre à ses évidences, et bien ils ont été justement châtiés… Vous voyez, on retombe toujours sur ses pattes en islam.

« L’Islam enseigne également une éthique convenable en cas de guerre »

Ça c’est sur, les précurseur des accords de Genève, c’est dans l’islam que vous allez le trouver, je vous le disais, l’islam est toujours au départ de toutes les « bonnes idées »
Ceci dit, toutes les civilisations avaient leurs codes et toutes les guerres se sont faites avec des codes, règles qui ne servent à rien, mais bon, passons.

« La guerre est permise en Islam, »

Ça c’est le moins que l’on puisse dire, je dirait même que c’est sa raison d’être, jusqu’à ce que tout le monde soit soumis.

« mais uniquement lorsque les autres moyens pacifiques comme le dialogue, les négociations et les traités échouent. »

Et hop, là on se met tout le camp des « pacifistes » dans la fouille, c’est tellement évident.

« La guerre est le dernier recours et doit être évitée le plus possible. »

Un deuxième couche…

« Son but n’est pas de convertir les gens par la force, ni de coloniser les peuples, ni d’acquérir des terres, des richesses ou une gloire quelconque. »

Là encore, on se demande comment ont fait les arabes pour aller aussi loin de leur terre sacrée, il faut croire qu’ils n’ont jamais fait la guerre, sauf sous la contrainte…

« Son but fondamental est la défense des personnes, »

Mieux que le code civil.

« des biens, »

Et re…


« de la terre »

Mais de quelle terre ? l’arabie ? alors qu’allaient ils faire sur la terre des autres… ???


« de l’honneur et de la liberté, »

Ah, quelques notions chevaleresques et la liberté, rien de tel pour vous revigorer les plus récalcitrants.


« aussi bien pour soi-même que pour les autres peuples qui souffrent de l’injustice et de l’oppression. »

Et de nouveau une petite couche tiers-mondiste, on engrange, on engrange.

Bon vous l’avez compris, et tout le reste est à l’avenant… cependant, je ne résiste pas à cette dernière charge :

« L’Islam veut établir un ordre mondial dans lequel tous les êtres humains — Musulmans et non-Musulmans — peuvent vivre dans la justice, la paix, l’harmonie et la confiance. »

Et bien oui, voici enfin le propos de l’islam, tout y est.

« Il offre à ses fidèles des directives précises pour qu’ils trouvent la paix dans leur vie individuelle et sociale, »

C’est pour cela qu’il faut lire le coran et connaitre la charia (je remarque que le mot charia n’est pas souligné comme faute d’orthographe, ce qui veut dire qu’il est déjà entré dans le dictionnaire, comme djihad, c’est marrant non ? peut être une façon de nous préparer…)


« mais il leur dit également comment étendre cette confiance aux autres nations sur la base de relations humaines envers autrui. »

Ça s’appelle la Takya, l’art du mensonge ou comment tromper l’ennemi…


« Les Musulmans oeuvrent sous ces principes depuis des siècles. »

Oui, nous nous sommes bien rendu compte qu’ils n’avaient pas beaucoup évolué.


« Des gens de toutes confessions ont vécu avec eux et parmi eux. Les sociétés islamiques étaient alors connues pour leur tolérance, leur générosité et leur humanité. »

Et l’apothéose, la référence à l’islam fantasmé, pas de référence, rien… juste un joli conte de fée, et nous avions déjà vu que l’art du pipeau est islamique aussi.
Reprenez plutôt un peu ça, c’est un antidote antidote Je ne veux pas que vous tombiez malade et vous laissiez envoûter par ces bobards islamiques.

Soyez islamovigilant, plus que jamais, menez votre DJADI personnel, trouvez votre voie…

La prochaine fois, je vous parlerai des attentats du 11 mars 2004 à Madrid, je lis et j’entends beaucoup de conneries à ce sujet, alors j’essaierai de vous faire part de mes « impressions ».

1 commentaire:

clovis a dit…

excellent.